Des hommes sans loi

Titre original: Lawless
Origine:
  • États-Unis
Genres:
  • Crime
  • Drame
Public: Tout public
Année de production: 2012
Date de sortie: 19/09/2012
Durée: 1h55
Synopsis : 1931. Au coeur de l’Amérique en pleine prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime Bertha... Howard, le cadet, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l’alcool qu’il ne sait pas refuser... Forrest, l’aîné, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu’impose un nouveau monde économique. Lorsque Maggie débarque fuyant Chicago, il la prend aussi sous sa protection. Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères écrivent leur légende : une lutte pour rester sur leur propre chemin, au cours de la première grande ruée vers l’or du crime.

Vidéosdu film Des hommes sans loi

Actualités du film Des hommes sans loi

Nick Cave : “Vieillir, je ne le recommande à personne”

Le chanteur a signé la musique et le scénario des "Hommes sans loi"

A Cannes, c’est le temps de l’amour

Michael Haneke, Ulrich Seidl, Cristian Mungiu. Trois auteurs confrontent l’amour à la mort, au sexe, à la passion.
Afficher toute l'actualité de Des hommes sans loi

Avis des internautesdu film Des hommes sans loi

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 8 octobre 2012
On croit rêver ! A Cannes, tout le monde s'accordait sur la nullité de ce Lawless, film de gangsters de pacotille empesé et boursouflé qu'on rangeait ipso facto sous un pétage de plombs de Thierry Frémaux en mal de tapis rouge d'une sélection américaine trop lol (Jeff Nichols excepté, avec Dominik et ses gangsters sur fond de crise, Lee Daniels et ses petites frappes golden showerisées par Nicole Kidman). Ici et maintenant, une bonne partie de la presse belge et des spectateurs envoient d'incompréhensibles lauriers à Hillcoat, ou se retient de sommer ce qui est pourtant le produit d'une conception du cinéma et d'une époque heureusement révolue. A un tel niveau de classicisme, il n'est pas trop fort de parler d'aspect réactionnaire pour ce film. A un niveau si bas de professionnalisme, on peut parler de minimum syndical, tourné sans âme et sans esprit. Et si l'esthétique plate du film laisse sur la touche, le responsable en tête est Nick Cave et son scénario bassement didactique (la mention : « based on a true story » est décidément toujours mauvais signe), à peine zébré de rares explosions de violence, que Hillcoat confond avec les seuls intérêts de sa mise en scène. Le reste de son découpage est mécanique, assez pauvre et la distribution souffre d'évidents miscastings : Shia LaBeouf, jamais dans ses marques, dont le visage poupon ne convainc personne, Guy Pearce qui s'épuise à tirer l'esprit de sérieux de l'entreprise vers l'hystérie bouffonne, l'accent du poussif Tom Hardy, officiellement le pire acteur actuel, qui se croit peut-être sur une comédie des frères Coen et roule idiotement des mécaniques. Il n'y a plus qu'à inspecter le sort réservé aux personnages féminins dans ce qui gagnera bientôt le titre de film le plus misogyne de l'année. Pour l'une, il faut que son personnage soit violé pour avoir un minimum de droit de cité au récit (cruelle sous-utilisation de Jessica Chastain), l'autre est la promise du héros, diaphane jusqu'à l'effacement (cruelle sous-utilisation de Mia Wasikowska). Ce Lawless n'a décidément pas de morale et se résume rapidement à l'esprit de vindicte qui en émane alors que cette sécheresse stylistique faisait de The Road une réussite, jusqu'à s'achever dans une apologie de l'auto-justice dont on se serait bien passé. Une fable éteinte remplie de personnages de salopards peu incarnés auxquels il manque la poigne d'un Robert Aldrich.

Publié le 27 septembre 2012
Un film qui, bien que classique, étonne par la maîtrise de sa mise en scène... Les personnages sont fouillés et évoluent sans que le rythme ou l'action en pâtissent. Un très bon moment de cinéma avec une brochette d'acteurs excellents !

Publié le 24 septembre 2012
Vraiment un excellent film que celui-ci! Action , mise en scène , jeu des acteurs : rien à redire! à voir!!!

Publié le 23 septembre 2012
Bonjour, je viens de voir 2 fois ce très très bon film de gangsters. Très dur, mais encore probablement en dessous-de la réalité des années de la prohibition. Très bien joué par tous, mais une ovation pour Shia Labeouf, excellent dans son rôle et criant de vérité. J'irai encore le revoir.
  • 1

Partager

Suivez Cinebel