Une vieille maîtresse

Origine:
  • France
Genre:
  • Drame
Public: Tout public
Année de production: 2007
Date de sortie: 06/06/2007
Durée: 1h50
Synopsis : C’est le futur mariage dont tout le monde parle. Le jeune et libertin Ryno de Marigny doit épouser la très pure Hermangarde, fleuron de l’aristocratie. Mais certains, décidés à empêcher l’union de ces deux jeunes pourtant amoureux, murmurent que le jeune homme ne parviendra pas à rompre avec la Vellini, pour qui il brûle d’une scandaleuse passion depuis des années. Entre confidences, trahisons et secrets, face aux conventions et au destin, les sentiments vont prouver qu’ils sont plus puissants que tout...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    Il n'y a pas suffisamment de cotes (2)
  • 0.0/10  Cote de DH.be du film Une vieille maîtresse

  • 0.0/10  Cote de lalibre.be du film Une vieille maîtresse

Avis des internautesdu film Une vieille maîtresse

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 16 juin 2007
Il y a comme une antinomie dans l’adaptation de ce roman… Breillat, aux commandes, qui s’attaque à Barbey d’Aurevilly… Deux univers fondamentalement distincts et différés. L’une, qui est le souffre, l’autre la passion romantique. Et c’est là que se situe l’embarras du spectateur pour ce film. Il fallait prendre un parti. Soit modeler ce classique avec fièvre comme l’a déjà tenté la réalisatrice, où le désir sexuel est au cœur des âmes, soit retranscrire le déchirement de la ferveur contrariée si cher aux auteurs du XIXè. Là rien ! Breillat se canalise, les scènes sexuelles sont moches et d’une platitude théâtralisée, quant aux sentiments amoureux, ils sont absents ou trop enfouis pour être crédibles. Le film se joue entre deux caméras sans doute mais jamais à l’écran. Le travail est honorable dans les intentions, avec une belle reconstitution d’époque qui frise parfois le téléfilm, mais trop maniéré. Et le tout est définitivement gâté par une interprétation inégale. Asia Argento semble s’ennuyer autant qu’elle nous ennuie, Claude Sarraute est franchement risible, avachie et bredouillant un texte qu’elle ne semble pas comprendre. Seuls Yolande Moreau, Michael Lonsdale semblent concernés. Une lumière à signaler toutefois dans ce sinistre tableau, le jeune Fu'ad Ait Aattou qui allie beauté trouble et insolence d’un talent prometteur.
  • 1

Partager

Suivez Cinebel