Femmes du Caire

Titre original: Ehky ya Shahrazad
Réalisateur:
Origine:
  • Égypte
Genre:
  • Drame
Public: Tout public
Année de production: 2009
Durée: 2h14
Synopsis : La première femme que nous présente Yousry Nasrallah est Hebba, sémillante présentatrice télé d'une émission politique, croisement entre Tina Kieffer et Audrey Pulvar. Très critique du régime, le show gêne le compagnon d'Hebba, rédacteur en chef adjoint d'un quotidien important, évidemment contrôlé par le pouvoir. Rusée, Hebba décide alors d'infléchir la ligne de son émission en la déplaçant vers des sujets plus intimes, des faits divers, des portraits de femmes ordinaires. À travers ces histoires personnelles, Hebba semble être passée d'Anne Sinclair à Mireille Dumas, mais c'est une feinte : elle poursuit une critique toujours virulente mais plus indirecte de la société égyptienne, de sa duplicité, de son hypocrisie, de sa corruption, et surtout de son étouffant patriarcat... (Ecran Total - Serge Kaganski, Les Inrockuptibles)
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    Il n'y a pas suffisamment de cotes (0)

Avis des internautesdu film Femmes du Caire

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 24 août 2011
Ce film de 2009, programmé dans le cadre de l'Ecran Total, d'habitude toujours excellent - ou du moins intéressant -, ne m'a guère séduit ni intéressé. Dénonçant la corruption et le machisme de la société égyptienne de Moubarak, le film de Yousry Nasrallah est cependant chaussé de semelles de plomb, revêtu d'oripeaux affreusement clinquants, déjà terriblement datés dans leur esthétique, et évoluant dans le cadre d'émissions télévisées à l'américaine, narcissiques et superficielles. Bien que certains récits de femmes du Caire puissent être émouvants, le brouet est si lourd qu'il indispose littéralement, et donne envie de quitter la salle en cours de projection, ce que je me refuse toujours à faire. La fin du récit-fil rouge d'Hebba la présentatrice animée du désir de dire la vérité était hélas éminemment prévisible...
  • 1

Partager

Suivez Cinebel