Avengers

Titre original: The Avengers
Origine:
  • États-Unis
Genres:
  • Action
  • Science-fiction
Public: Tout public
Année de production: 2012
Date de sortie: 25/04/2012
Durée: 2h15
Synopsis : Lorsque la sécurité et l’équilibre de la planète sont menacés par un ennemi d’un genre nouveau, Nick Fury, le directeur du SHIELD, l’agence internationale du maintien de la paix, réunit une équipe pour empêcher le monde de basculer dans le chaos. Partout sur Terre, le recrutement des nouveaux héros dont le monde a besoin commence...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    6.6/10 19 votes - 10 critiques
  • 8.0/10  Critiques de DH.be du film Avengers

Actualités du film Avengers

Amérique du Nord: "Avengers" dépasse les 600 millions de dollars de recettes

Il a franchi mardi les 600 millions de dollars de recettes au box-office nord-américain, devenant le troisième film le plus lucratif de tous les temps, derrière "Avatar" et "Titanic".

Meilleur week-end d'ouverture de tous les temps au box-office US pour "Avengers"

Les super-héros des comics américains sont propulsés en tête du box-office nord-américain  avec des gains records de 200,3 millions de $.

Horaire du film Avengers

Régions
Versions audio
Formats vidéo
Jours
Heures


Flagey

Bruxelles


Horaires du film Avengers dans le cinéma Flagey
Dates Versions Formats Heures
samedi 23/08 VO   S.t. bil. Ana
20:15

Avis des internautesdu film Avengers

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 21 juin 2012
Avengers commence mal, dans une lenteur impossible pour un film d'action de 2012, avec une improbable imitation de Stargate, plus un peu d'X-Men, de Transformers et une scène de torture presque purgée du bondage attendu de la Black Widow (Scarlett Johansson) par les services secrets russes en la personne de... Jerzy Skolimowski ! Soit l'opposition personnifiée du « drôle de » film d'action à l'européenne (Essential Killing) et du film d'action U.S. dans le cadre de celui-ci : devinez qui gagne... Et du reste ça ne s'arrangera pas : la monotonie de ce gros nanar sans ambiance n'a d'équivalent que dans la logique additive qui préside à la rédaction de son scénario. Plus de stars, plus de combats, plus d'argent, plus longtemps mais pour quoi ? Pour qu'au fond, le spectateur en vienne à se dire que ça a quelque chose de vexant qu'une bande de dix mecs en collants sauve l'humanité toute entière en se passant les plats lourdement, dans une guerre d'égos qui déborde le cadre du scénario sans être pour autant une option digne de le relancer, surtout lorsque le jeu de massacre accepte de descendre de ces cieux pour poser en ville son combat final, qui rappelle fort celui de Transformers 3 en moins inventif mais tout aussi éprouvant. Les civils deviennent soudainement un enjeu vingt minutes avant la fin du film alors qu'on en voit pas un seul pendant deux heures. « With all of this happening now, people will need a bit of old-fashioned » : pas sûr que cette réplique de Tony Stark (R.Downey Jr., dans le seul numéro à sauver) ait été intégrée par quiconque de l'équipe de ce film qui compte trop peu de dénotations humoristiques sur l'imaginaire technologique (à la Minority Report de Spielberg) et de sous-entendus, sur l'homosexualité de Loki par exemple, qui donnait au Thor de Kenneth Branagh son ton de récréation dérisoire. Les corps sont incroyablement peu érotisés et mis en valeurs dans Avengers, celui de Johansson en tête, coincé dans les brillances d'une photographie à la patine rétro, un sound-design sans imagination, une bande originale horriblement routinière, un découpage pauvre et sans imagination. Mais si Avengers est une réponse, le bruit et la fureur équivalents, à la franchise de Michael Bay, ce n'est que pour maintenir l'assertion que le cinéma n'a rien à gagner en forgeant dans la pâte numérique sa nouvelle mythologie, plus protubérante que la précédente, où les corps sont souples, pas habiles mais agiles (comme chez Bresson) et manipulés, mais où l'émotion reste un maigre filet dont tout le monde semble se méfier terriblement. Un inlassable « retour du même » qui surligne la décadence qualitative du cinéma mainstream américain depuis quinze ans. Alors, quelle différence avec Act of Valor, le film de propagande sur la Navy Seal qui bouche actuellement les écrans ? La réalité du terrain ? Rien n'est moins sûr... Avengers est taillé de la même écorce : une éreintante démonstration de la suprématie de l'armée américaine (qui y croit encore ?) agrémentée du dévoiement de notre devise nationale et de trop d' inside jokes qui ne feront sourire que les nerds qui se rendent chaque année en pèlerinage au comic-con de San Diego.

Publié le 13 juin 2012
Une grosse dépense d'argent (200 000 000 d'euros tout de même) pour un spectacle de très mauvais goût qui n'en fini jamais. Tout est creux dans ce film que l'on oublie dès que l'on sort de la salle. Whedon parvient même à rendre Scarlett Johansson inintéressante. Les cinémas dits indépendants aurais mieux fait de programmer Prometheus (sorti uniquement en VF et en 3D) à la place de ce block-buster sans saveur.

Publié le 12 juin 2012
J'ADORE ce film ps il est génial c'est le film qui assure le plus pour le moment!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié le 7 juin 2012
Après MI4 voila un autre film d’action pure qui réussit son pari grâce à un bon dosage d’humour. Dépassant très vite son sujet premier il fait la part belle aux personnages et à leur lutte d’égo. C’est aussi parce que ceux-ci sont utilisés pour ce qu’ils sont, des « freaks », que les scènes d’action se transforment en chorégraphies très débridées et en deviennent réjouissantes. Quant au discours sur la servitude il est salutaire à l’heure de l’enchainement des peuples par la dette.

Publié le 15 mai 2012
Au risque d'être répétitive, long à commencer, histoire prévisible "ce sont les gentils qui gagnent"... mais visuellement impressionnant avec des touches d'humour tout au long du film, les personnages fidèles à eux-mêmes. Bref, on a aimé! (même en 2D)

Ils recommandent ce film

Partager

Suivez Cinebel