Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme

Titre original: No country for old men
Origine:
  • États-Unis
Genres:
  • Aventure
  • Drame
Public: À partir de 16 ans
Année de production: 2007
Date de sortie: 23/01/2008
Durée: 2h02
Synopsis : A la frontière qui sépare le Texas du Mexique, les trafiquants de drogue ont depuis longtemps remplacé les voleurs de bétail. Lorsque Llewelyn Moss tombe sur une camionnette abandonnée, cernée de cadavres ensanglantés, il ne sait rien de ce qui a conduit à ce drame. Et quand il prend les deux millions de dollars qu'il découvre à l'intérieur du véhicule, il n'a pas la moindre idée de ce que cela va provoquer... Moss a déclenché une réaction en chaîne d'une violence inouïe que le shérif Bell, un homme vieillissant et sans illusions, ne parviendra pas à contenir. Moss doit désormais échapper à ceux qui le pourchassent, notamment à un mystérieux cerveau du crime qui décide du sort de ses ennemis en jouant leur vie à pile ou face...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    6.7/10 24 votes - 23 critiques
  • 5.0/10  Cote de lalibre.be du film Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme

  • 7.5/10  Cote de DH.be du film Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme

Photos du film Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme

Avis des internautesdu film Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 30 septembre 2014
Adaptation du roman éponyme de Cormac McCarthy, No Country for Old Men est une petite déception. Le personnage de Bell (incarné par Tommy Lee Jones) est mis en retrait au profit de Javier Bardem et de Josh Brolin (par ailleurs excellents), ce qui déforce le film car le propos philosophique (incarné par les états d'âme de Bell) passe en second plan. Il n'en reste qu'une succession de scènes d'actions/violences digne des oeuvres d'un Tarantino.

Publié le 20 janvier 2009
Film inabouti à mon avis. En sortant de la séance, le spectateur se pose pas mal de questions : sur le scénario, sur les plans, sur le jeu des acteurs, sur les dialogues. C'est déjà pas mal. On ne reste pas indifférent mais au final, après avoir analysé toutes les composantes, un mot nous revient à chaque fois à l'esprit : MEDIOCRE. Certaines scènes sont bien réussies et nous tiennent bien en haleine mais la dernière demi-heure est looooooonnnngue pour terminer sur une fin qui m'a rappelé celle de "Les Oiseaux" de A. Hitchcock (ou alors la production avait un peu trop rogné sur le budget peloche). Les frères Coen auraient pu aller beaucoup plus loin dans le second degré, si c'est là qu'ils voulaient aller (par ex. les références à Tarantino sont multiples mais pas assez exploitées) ou dans le film gore bien sanguinolant. Dommage...

Publié le 17 novembre 2008
Style assez particulier mais bien fait... histoire bien cousue, bon suspens... juste une fin un peu déroutante...

Publié le 24 mars 2008
Attention, chef d'oeuvre! Les frères Coen signent ici leur film le plus épuré et le plus maîtrisé. Et d'un récit trompeusement thriller haletant et apocalyptique, ils créent une oeuvre d'art méditative et nostalgique. A l'image de l'agonie d'un jeune policier imprudent dont la gomme des semelles crée sur le balatom un dessin qui rappelle une toile de Pollock, ou du sang sur le sable du désert que laisse un pit-bull blessé et claudicant (ah, l'extraordinaire image du regard jeté par le chien par-dessus son épaule, qui repart ensuite vers sa mort solitaire) évoquant un tableau de Tapiès, 'No Country for Old Men' s'affranchit de tous les codes du genre américain (Western, Thriller, Film Noir,...) pour laisser flotter à la fin un rêve désenchanté et absurde. Evoquant plus 'The Barber' que 'Fargo', ce film-ci est une authentique tragédie grecque, marquée plus par une ironie qui renforce son extraordinaire tension, que par une forme d'humour personnel qui jouait le contrepoint dans leurs films précédents. Ainsi, le gars simple mais viril et malin, plein de bravoure et de ressources, verra-t-il son 'Hubris' de vouloir garder le pactole sanglant du trafic de stups, pourchassée par une 'Némésis' incarnée par un archange de l'Apocalypse emperruqué et très 'goyesque' (fabuleux Javier Bardem). Commence alors le compte à rebours des survivants... Qui se finit par une méditation philosophique d'un homme sans descendance, mais qui parle du passé avec son oncle et rêve de son père... Les Vieux Hommes n'ont plus de Patrie!... Marqué par l'Absurde, ce film voit le style d'une rigueur formelle totale des frères Coen porté ici à des hauteurs stratosphériques. Et la Justice immanente sera impuissante à paralyser le Mal, auquel la Jeunesse viendra en secours!

Publié le 23 mars 2008
un mort ca a du sens, cela noue une intrigue, cela émeut. Ici c'est une violence répétée. La technique est bonne, l'intention est peu compréhensible. Chacun fait ce qu'll veut, mais tant de violence pour si peu de dénonciation, c'est aller dans le auvais sens... eh oui, je crois aux films qui portent la joie, ou la réflexion, ou la beauté, ou la pensée, qui nous aident à aller un peu plus loin. Du bon cinéma chargé de violence. A quoi bon. ? Sorti de la salle je demande à mon voisin : vous avez aimé, tous ces morts ? Il me répond : j'aime bien tous les films ...

Ils recommandent ce film

Partager

Suivez Cinebel