Dernières critiques Rss

Publié le 26 octobre 2014  à propos de Locke
C'est un scenario de drame de radio plutot que de film et on se lasse de n'avoir que l'interieur d'une voiture a regarder sur l'ecran. Mais ayant dit ceci, Tom Hardy joue tres bien le role d'un homme dechire par des devoirs et obligations qui s'opposent - bien que son accent gallois parfois vire vers l'irlandais du nord. Dommage qu'a la fin ca descende comme beaucoup de films dans une fantaisie macho - la femme le quitte, mais la maitresse est prete a l'acceillir.

Publié le 25 octobre 2014  à propos de The Loft
Apres avoir vu ce film je suis rentree avec un desir tres fort de prendre une douche. Des hommes tres desagreables louent un loft et y amenent leurs maitresses. Ok, deja on commence a s'ennuyer! Pas un seul personnage sympat et les pauvres femmes - ou ce sont des putes ou ce sont des femmes stupides qui ne se rendent compte de rien. Le scenariste n'a sans doute jamais entendu parler de la liberation des femmes. En plus le tout est tres mal joue.

Publié le 25 octobre 2014  à propos de Lilting
Un homme perd son amant dans un accident le jour meme ou cet amant allait reveler a sa mere chinoise/cambodgienee qu'il est homosexuel. Le survivant voudrait bien partager sa douleur mais il ne parle pas chinois et la mere ne parle pas anglais.Le theme de ce film emouvant et tres bien joue est le silence qui separe les etres humains l'un de l'autre. Qu'est-ce qui se passe quand les gens n'arrivent pas a se parler ou parce qu'ils ne connaissent pas la langue de l'autre ou parce qu'une culture face a une autre culture n'arrive pas a s'expliquer. Il y a tant de niveaux de signification dans cette histoire d'amour et de perte. A voir et a revoir.

Publié le 24 octobre 2014  à propos de Fury
un film très violent mais dans qui ce presque huis-clos dans un char américain en Allemagne illustre bien la complexité des rapports humains dans l'adversité: veulerie, courage, peur, amitié... Comme souvent , Brad Pitt est extraordinaire , il crève l'écran

Publié le 22 octobre 2014  à propos de Saint Laurent
Après le profond et vibrant « L’Appolonide » Bonello trouve facilement ses marques avec ce biopic. Trop facilement peut-être tant ce sympathique YSL se fond d’emblée dans son entourage ou tout le monde se ressemble étrangement. Du sérieux Rénié au décadent Garrel tous évoluent avec une même décontraction qui mine petit à petit la portée dramatique du film. Si cette légèreté fait le charme du film celui-ci semble glisser sur son personnage sans jamais pouvoir l’atteindre de quelque façon que ce soit. Le discours qui était à l’œuvre dans l’Appolonide, un monde de luxure qui cache un asservissement, ne trouve pas le même ancrage ici. Sans doute parce que malgré tout la mode est une passion pour YSL et que ce sacerdoce ne sera jamais une prison comparable au bordel de l’Appolonide. Même dans ses addictions on ne retrouve pas l’enjeu de l’enfermement ou de la folie capable de donner de la profondeur au trouble du personnage. Reste une mise en scène brillante, qui nous plonge immédiatement dans ce milieu de la mode et dans une intimité avec son personnage rarement égalée dans un biopic.

Les plus actifs du moment

49 critiques
18 critiques
10 critiques
8 critiques
8 critiques

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel